À DÉFAUT D’OR…

De bon matin, sous la douche, je me suis formulé une règle que je trouve moins ambiguë que la très connue : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » Lévitique (Lv 19,18). Le présupposé de cette « loi comportementale » est très clair ; je suis censé m’aimer. Mais est-ce si certain ? Mon instinct animal me portera très naturellement à me prioriser en cas de danger imminent, mais puis-je en conclure l’amour de moi-même ? Je ne le pense pas.

Il n’est que de regarder autour de soi pour s’assurer que chacun, à quelques très rares exceptions près, n’est pas nécessairement dans une relation amicale avec lui-même, quand il est par ailleurs tout à fait susceptible de se sauver plutôt qu’un autre dans une situation d’urgence. « Aime ton prochain comme toi-même ! » pourrait alors résonner comme un passeport pour la maltraitance d’autrui, si je ne me traite pas bien moi-même.

Sans doute est-ce pour cette raison que cette autre injonction bienveillante est venue à mon esprit, alors que je me délectais d’un jet puissant d’eau chaude sur mes épaules : « Au minimum, veillez à autoriser à autrui ce que vous vous autorisez à vous-même ».

Ici, le commandement ne porte pas sur l’amour (la plupart des gens ne comprennent pas que l’on puisse « ordonner d’aimer », l’amour appartenant, dans leur esprit, à l’ordre sentimental), mais plutôt sur l’état d’une veille orientée vers une égalité, y compris dans la médiocrité.

Si tu passes ton temps devant la télé, ne reproche pas à ton épouse de faire de même. Quel que soit ton excès, ton défaut, ta difficulté à contrôler une disparité quelconque, n’en fais le reproche à quiconque en serait également l’acteur plus ou moins conscient.

Pour ce qui est du « Au minimum » introductif, il sous-entend que chacun peut au cas échéant faire plus ou mieux, mais que « veiller à cette justice-là » serait déjà pas mal.

Il m’apparaît donc, qu’à prendre garde à ne rien exiger à autrui que l’on ne requiert de soi-même est sans doute plus à la portée de chacun. Ma règle n’est pas d’or, j’en conviens, elle n’est que de bronze, soit; mais elle est à ma taille. Les morales XXL me font passer pour maigre; ce que je ne suis pas.

© Thierry Aymès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s