DIALOGOMÉDIE

Je vous entends penser « Et un néologisme de plus ! Un ! ». Et vous avez raison. Il s’agit là d’un mot valise à l’étymologie greco-romaine qui m’a semblé refleter exactement ce que je fais le plus souvent dans mon cabinet de médéanimiste solitaire. Plus ça va et plus je me rends compte que je suis un « dialogomédiste » qu’un parcours quelque peu marginal a conduit là où il se trouve. Entendez par là que c’est bien souvent par le biais d’une discussion orientée vers la santé psychique des personnes qui frappent à ma porte que l’effet thérapeutique advient.

Je suis toujours surpris de comprendre à chaque séance un peu plus combien celles et ceux qui viennent me consulter ne sont pas le moins du monde accoutumés à un certain type de dialogues. Ce qui me semble aller de soi leur paraît « extra-ordinaire ». Il suffit bien souvent d’un échange à peine moins « bavard » que d’habitude, d’un échange requérant un supplément de concentration pour qu’émergent des prises de conscience d’où vont s’originer des reconfigurations psychiques le plus souvent salutaires.

C’est que dialoguer suppose « la parole » bien plus que « le bavardage » dont sans doute certains d’entre vous savent tout le mal qu’en a dit Martin Heidegger.

En effet, la parole engage et se donne. Sa valeur est symbolique. Elle n’est pas portée par l’ennui ou le vide d’une existence qui se cache, mais bien par le souci de dire le vrai de soi à l’autre que soi. Elle est pleine en ce qu’elle dit ce qui la soutient, à savoir ce qui, le plus souvent n’apparaît pas dans le monde, à moins que ce ne soit masqué.

Donner et tenir sa parole ne se limite pas à faire résonner une fois par décennie un accord parfait réunissant « celle ou celui qui dit » avec « celà qui est dit », mais revient encore à faire entendre ce qu’on n’ose pas exposer de peur d’être rejeté(e).

En ce sens, le cabinet d’une personne faite et/ou formée pour accueillir la parole d’un sujet « en souffrance psychique » doit être considéré comme une « Utopie » au sens originel de ce terme. Il est en effet un « lieu idéal » où tout peut être dit et entendu sans jugement.

Sur cette base seulement, un dialogue authentique peut s’établir.

© Thierry Aymès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s