LES SANS-DENTS D’HOLLANDE ET D’AILLEURS…

Vos compositions musicales sont trop sophistiquées et vos paroles trop profondes ? Vous êtes trop artiste ? Les livres que vous écrivez ne sont pas sans qualité, mais ils sont inclassables ? Quant à vos idées, quels que soient leurs azimuts, elles ne correspondent pas à ce que les éditeurs attendent aujourd’hui ? Pour finir, tout ce que vous proposez fonctionnerait bien mieux si vous habitiez à Paris ou Los Angeles. Et caetera.

Vous êtes sempiternellement confronté(e)s aux mêmes invitations à simplifier vos productions en direction d’un public supposé imbécile, pressé ou à l’autre bout du monde.

Les spin doctors* ne sont-ils pas désormais au pouvoir avec leur idéologie débilitante sous couvert d’altruisme. Bien sûr que si ! Et depuis longtemps. Edward Bernays en sait quelque chose qui doit tout son savoir-faire (Know how) à son oncle qui n’était autre que Sigmund Freud.

À les en croire, les poèmes d’Arthur Rimbaud ou René Char ne seraient pas suffisamment généreux en ce qu’ils ne se rendent pas accessibles à tout le monde. Sans doute faudrait-il leur préférer Grand corps malade ou Slimane.

C’est alors que les romans prennent plus et plus des allures de scénarii, voire de synopsis, orientés qu’ils sont d’emblée vers une mise-en-film initialement espérée. C’est ainsi que les citations tiennent à ce jour lieu d’ouvrages sur tous les réseaux. C’est à ce titre que les jeux d’aujourd’hui quels qu’ils soient doivent être « ambiancés », « easy playing » et non plus « prise de tête ».

Désormais, Tout doit être calibré, polissé, usiné, mis en boîte, prémâché, abrégé, facile, dans le but exclusif de satisfaire toujours plus une gent innombrable, hypothétiquement inapte à recevoir autre chose que du « prêt-à-aimer » tel qu’édicté par le Marché au sommet de sa gloire.

Les humains n’auraient-ils plus de dents, ni même d’estomacs ? Ne seraient-ils donc plus que des tubes digestifs badigeonnés d’huile de paraffine et destinés à ne plus recevoir que de la bouillie de foin ? De la bouche à l’anus ? À moins que ce ne soit en sans inverse… Ligne directe.

Sans doute pouvez-vous répondre par vous-mêmes à cette question.

Et ne craignez pas d’être amers ! Il y a de quoi. Allez même jusqu’à vous déterminer à faire oeuvre de cette amertume-là. Les sirènes de Seligman et de sa pensée positive n’ont-elles pas pour finir des allures de totalitarisme ? Avez-vous jamais été de ce monde ? Non ! Au fond, vous ne le croyez pas.

* Les experts en manipulation d’opinion.

© Thierry Aymès

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s