SUM-SINE-SIC

Ne dites plus: « Je respire ». Nous ne respirons pas, si ce n’est abusivement, dans la langue. La respiration n’est l’acte de personne ; nous n’en sommes pas les sujets. Il est plus juste de dire: « Ça respire en moi », voire « Je suis respiré.e ».

Avoir conscience de cela est sans doute un premier pas vers ce qu’il est coutume d’appeler le divin et qui ne doit pas être une idée, mais une expérience. Au coeur de chacun.e de nous respire le plus grand que nous, le Tout-Autre, l’innommable, le Sujet inobjectivable, le Sum-Sine-Sic* ontique.

® Thierry Aymès

* Le Je suis aséitique, c’est-à-dire « incausé ». Le SSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s