SON BLOG

La médéanimie


Bonjour à toutes et tous, parce que tout un chacun doit pouvoir bénéficier d’une écoute pleine et sans jugement aucun; parce que jusqu’à ce jour les séances « psys » ne s’adressent qu’à une tranche sociale suffisamment aisée, Thierry Aymès a décidé (entre autres particularités) de laisser ses patients décider du prix de ses séances en fonction de leurs moyens financiers.

Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

L’ÉPARCOMÉDIE

(une nouvelle technique médéanimique)

N’est-il pas remarquable que lorsque nous nous exprimons, nous avons très fréquemment tendance à activer notre cerveau limbique, quitte à compromettre la qualité d’adéquation de notre discours aux faits ? N’est-il pas dès lors notable que nous renseignions plus notre interlocuteur sur notre humeur que sur la réalité proprement dite ?Certes la notion d’adéquation évoquée ci-dessus ne va-t-elle pas sans poser de problèmes. Si l’on veut bien se rappeler la définition thomiste de la vérité, à savoir « Veritas est adaequatio rei et intellectus » (La vérité est la conformité de la chose et de l’intellect), nous pourrions en effet demander : « Qui est juge de cette adéquation ? Et comment peut-on en être juge si ce n’est en supposant une connaissance de l’objet qui relève de l’intuition et non de la raison ? », mais nous verrons plus avant qu’à feindre d’ignorer ce questionnement, nous gagnons une réalité psychologique et incontestable dont il serait vain de sonder la valeur ontologique.« Vu l’ampleur qu’ont prise les thérapies cognitivo-comportementales qui attachent à juste titre une grande importance au conditionnement, ainsi qu’à son effet de feedback sur notre appareil cognitif, nous pensons qu’il est important d’inciter chacun de nous à ne pas laisser ses humeurs se manifester à tout instant et à contrôler sa « subjectivité parlante » la plus indocile pour dire ce qui est, tout simplement (lorsqu’il s’agit bien entendu de réalités mesurables et vérifiables très au large des préoccupations ontologiques).L’hyperbole, de même que son contraire, la tapinose par exemple, sont très souvent présentes dans nos propos au quotidien. Chacune à sa façon est l’expression d’un état d’âme sans égard pour la réalité objective. C’est ainsi que l’on peut dire à celui qui est très exactement en retard de 13’ 58” : « Ça fait deux heures que je t’attends ! » pour exprimer notre impatience. A contrario, nous affirmerons que cette voiture ne consomme presque rien, si nous souhaitons la vendre rapidement à quelqu’un.Par ailleurs, il y a fort à parier que nombre de livres qualifiées de « saints » et autres récits « merveilleux » transmis oralement dans un premier temps par des personnes, « émotives » à n’en pas douter, ont été progressivement enrichis par le prisme fécond de leur cerveau limbique. Rares sont les paroles qui ne débordent pas les faits. C’est que nous parlons le plus souvent de nous en prétendant rapporter le plus fidèlement possible telle ou telle situation. L’éparcomédie est donc une technique thérapeutique que je propose et qui a pour objet l’ajustement du discours à ce qui est. Trois n’équivalant pas à cent ou mille à trente-sept, je parie que l’effet retour de l’exactitude sur notre sensibilité est implacable ».