ET EN PLUS…

Tout comme moi, sans doute avez-vous déjà entendu dire d’une jeune femme qui venait de mourir brutalement : « Et en plus, elle était tellement jolie! » Eût-elle été moins agréable à regarder que sa disparition eût été vraisemblablement plus acceptable… C’est un fait, une beauté qui meurt émeut bien plus qu’une apparence moins unanimement séduisante. AinsiPoursuivre la lecture de « ET EN PLUS… »

QU’AVEC TON COEUR

Beaux Tes yeux sont beaux J’les veux toujours Je sais, j’vais vite Mais j’ai pas l’temps Paraît qu’ça grave Qu’ça finit mal Qu’ça s’arrête net On sait pas quand Alors vas-y Prends-moi la main Jusqu’à peut-être Jusqu’à bientôt Dis-moi qu’la vie C’est pour toujours Même si c’est faux Fais-moi l’amour Qu’avec ton coeur J’en veuxPoursuivre la lecture de « QU’AVEC TON COEUR »

JEAN-YVES LELOUP EN PRÉFACE

Le 17 août 2015, cinq jours après que je lui eus envoyé mon manuscrit intitulé : « Sous la mémoire » par mail, le Père orthodoxe Jean-Yves Leloup dont j’ai tout de suite aimé la lumière me fit grâce d’une préface qui me réjouit. « Thierry Aymès est sans doute ce que les « anciens » appelaient un « vrai philosophe » ;Poursuivre la lecture de « JEAN-YVES LELOUP EN PRÉFACE »

DE LA BÊTE À L’ANGE…

Dans « Du Je au Nous : L’intériorité citoyenne, le meilleur de soi au service de tous », le psychothérapeute Thomas d’Ansembourg écrit ceci : « La violence n’est pas l’expression de notre nature, elle est l’expression de la frustration de notre nature. » Que peut-on comprendre à partir de cette citation ? La nature humaine, selon l’auteur, nePoursuivre la lecture de « DE LA BÊTE À L’ANGE… »

QUI A TUÉ LA GRÂCE ?

« Ne rien laisser au hasard ». Cette expression pourrait passer inaperçue, si elle ne signait pas, l’air de rien, la mort de la grâce et conséquemment de la gratuité. Intéressante remarque. Je me la suis récemment faite à l’occasion de mon habituel vagabondage pré-morphique, c’est-à-dire juste avant de m’endormir vers une heure du matin. En effet,Poursuivre la lecture de « QUI A TUÉ LA GRÂCE ? »

L’ÉGOCENTRICITÉ HUMAINE

Si, comme je le pense, la vie animale brute, la vie animale la moins consciente, a une tendance paranoïaque manifeste (il n’est que de tenter d’approcher quelque animal que ce soit pour s’en persuader, à moins qu’il ne soit outrancièrement domestiqué), que penser des personnes que l’on dit égocentriques ? Ne vont-elles pas à reboursPoursuivre la lecture de « L’ÉGOCENTRICITÉ HUMAINE »

L’AMOUR DES PSY

Par écrit, elle lui demande : 1/ Pour quelle raison crois-tu être attaché à moi (ou aux moments qu’on passe ensemble) ? Il lui répond : Au risque de te décevoir, je répondrai en philosophe. C’est à cette altitude que je pense être dans le vrai. La trivialité des sentiments et l’approximation de leur expressionPoursuivre la lecture de « L’AMOUR DES PSY »

RETOURNER LE TRIANGLE

« Le chemin le plus court de soi à soi passe par autrui« . (Paul Ricoeur). Très belle formule de ce grand philosophe français que l’existentialisme chrétien intéressait grandement. À cette phrase sublime, nombre d’entre nous pourraient souscrire, mais il y a un « mais ». Savoir n’est pas pouvoir; savoir n’est en somme qu’intuitionner et dans un mêmePoursuivre la lecture de « RETOURNER LE TRIANGLE »

DIONYSOS EST UNE FEMME

À entendre la fête s’affoler au loin, à entendre le grand tambour de la pénia marteler une joie convenue par delà le bruissement des feuilles où je m’évertue à t’attendre, je me dis qu’il existe une mer où les hommes aiment à se baigner, un appel non pas du large, mais de l’étroit où laPoursuivre la lecture de « DIONYSOS EST UNE FEMME »